Fin B

Des fleurs pour l'âme Brisée
Flowers of the Broken spirit

Furiae : "Une femme devenue jouet fait de ce monde un enfer."
"A woman turned into a stake will dominate the world on the blazing plate."

Résumé :
Furiae se suicide ne pouvant plus supporter les poids du sceau et de sa propre existence. Mais Inuart ne peut accepter avoir contribué à ce résultat, il nie totalement sa part de responsabilité. Il veut faire revivre Furiae avec les germes.
L'homme et son dragon noir se montrent une nouvelle fois habile au combat et ils échappent à Caim. Inuart descend dans les rues de la capitale à la recherche du premier germe qu'il rencontrera.
Le corps de la déesse entre dans le germe et cette dernière en sort sublimée, en vie. La joie d'Inuart est à la mesure du désespoir de Furiae, son désir de mourir est bafoué par les désillusions d'un homme. Sa rancune est grande et elle n'hésite pas à pourfendre Inuart de ces nouvelles extrémités démoniaques.
Le germe a-t-il formaté son esprit à la destruction du monde ? La réponse n'est pas importante car la déesse compte bien tout détruire, ses cris distordus dénotent sa rage et sa volonté de tout voir disparaître.
Caim et le dragon rouge sont contraints de la combattre pour survivre et Caim désire véritablement abréger les souffrances de sa sœur pour de bon. Ils y parviennent finalement, la créature périt sous les flammes du dragon mais cette victoire éphémère marque le prélude de l'anéantissement de la race humaine. De chaque germe sort une réplique de la déesse sublimée, ces nombreuses créatures et leurs hurlements hideux vont maintenant se répandre dans le monde.

Interprétation possible :
La folie d'Inuart marque véritablement la perte de l'humanité. Le sceau brisé, Furiae revient à la vie à contre-cœur et elle revêt l'image d'une déesse vengeresse désirant faire payer à l'humanité le calvaire qu'elle a subi.
Inuart est focalisé sur ses désirs. Mais il faut comprendre que dès le départ, Inuart ne montrait guère d'intérêt à la sauvegarde de l'humanité, sa folie ne fera qu'accroître en lui un profond sentiment d'injustice car son avenir était avec Furiae, sa fiancée.
Cet égoïsme est l'ultime péché qui mènera le monde à sa ruine, car tout tenter pour satisfaire ses désirs ne peut être possible qu'au mépris de la volonté des autres et du monde.
A plus grande échelle, cet égoïsme fait écho à la détermination du monde à survivre. L'humanité ne peut subsister qu'en sacrifiant sans état d'âme des jeunes femmes, quitte à briser l'esprit, l'avenir voir l'existence même de ces femmes. Jusqu'où peuvent aller les hommes dans l'anéantissement d'un être pour survivre ?
C'est aussi la question du moindre sacrifice pour sauver nombre de vie.
Les déesses ne sont guère plus des individus mais des objets, des moyens de garantir la pérennité du monde.

-> Retour à la page des fins
Avertissement :
- Le contenu de ce site (les pages, les traductions, les dossiers,...) appartient à Grimoire CendrE.
- Si vous utilisez des informations de ce site, veuillez correctement citer votre source. Merci d'avance.
- Toute copie partielle (ou intégrale) du site est interdite.
Visiteurs :
171048
Aujourd'hui :
34