Decadus - Tout est pour vous

Source : Drakengard 3 Edition Collector, Novel Prelude
Version imprimable : Lien
Traduction & Vérification : Bdouine

"Pourrais-tu te sacrifier pour moi ?"


Voici la première question que ma maîtresse, Lady Four, m'a posé. Je me souviens de ce jour dans ses moindres détails. Son attitude, la lueur dans ses yeux, la façon dont elle me regardait, tout.


Pourtant, avant même que Lady Four n'engage la conversation, elle me fixait comme si elle découvrait une étrange créature. Il est possible que de voir un disciple en personne pour la première fois rendait Lady Four extrêmement perplexe.


Bien évidemment, j'étais bien conscient de mes devoirs en tant que disciple. Un disciple doit constamment accompagner son Invoqueuse et satisfaire chacune de ses demandes. Il doit protéger son Invoqueuse à tout moment : se jeter dans les flammes ou plonger dans les abysses ! ...Dans le feu. Feu... De magnifiques flammes... Aaah.


Euh... Je veux dire... J'estime que c'est ça mon devoir. Malgré cela, j'étais perdu sur la façon de servir au mieux Lady Four à ce moment précis. C'était notre première rencontre, après tout.


Avec toutes ses pensées dans mon esprit, je n'avais pas immédiatement répondu à Lady Four. Elle ne m'avait pas puni pour cette hésitation. En vérité, elle continua comme si elle était à blâmer en ajoutant :


"Oh, je suis désolée. C'était inapproprié, n'est-ce pas ? Laisse-moi reformuler ma question. Pourrais-tu te sacrifier pour une Invoqueuse chargée de protéger le monde ? Pourrais-tu te sacrifier pour ce monde ? Ça n'a rien à voir avec moi."


Cette fois, je répondis sans hésitation "Bien sûr, my lady. Moi, Decadus, je vais endurer votre punition si vous le désirez. Punition... Une douleur lancinante... Aaah."


"Decadus ? Tu vas bien ?"


"Oh, mes excuses. Ce n'est rien. Je vais bien, my Lady."


Ce n'est qu'un exemple de la gentille nature de Lady Four. Elle continua : "Je suis sûre que nous pouvons ensemble surmonter n'importe quel obstacle, peu importe les difficultés. Je pense que c'est pour cette raison qu'une Invoqueuse est accompagnée d'un disciple."


De plus, elle est extrêmement intelligente et noble. Ça me donne une grande fierté en tant que disciple de pouvoir servir une telle Invoqueuse.


"Oh, mais ne le prends pas d'une mauvaise façon. Je ne signifiais rien d'étrange avec 'ensemble'. Je sais que de nombreuses personnes pensent que ça implique quelque chose d'obscène. Ma petite sœur en est un parfait exemple. Même si je..."


"Je comprends parfaitement, my lady. Je vous servirai au mieux de mes capacités à ce sujet !"


Oui. Les disciples sont chargés de répondre aux besoins nocturnes des Invoqueuses. Mais suis-je suffisamment digne de servir Lady Four sur ce domaine ? Je ne suis rien d'autre qu'un furoncle, une ordure devant une telle magnificence. Une ordure qui mérite simplement d'être tabassée et piétinée... piétinée ? Piétiner... Aaah. C'est simplement merveilleux !


"C-ce n'est pas ce que je voulais dire ! Tu es un idiot ou quoi !? Je ne suis pas comme elle ! M-même si nous sommes sœurs, je ne suis pas une simplette qui garde sa graisse dans son énorme poitrine ! Nous n'avons rien en commun ! Elle ne pense qu'à ses robes ! C'est ça ! C'est ce qui est à l'intérieur qui compte ! Je ne me préoccupe pas de l'attirance physique ! Compris !?"


"Oui ! Mes excuses, my lady ! Les mots ne suffisent pas ! Moi, Decadus, j'encaisserai n'importe quelle punition ! Oui, la punition que vous souhaitez ! Vous pouvez me frapper, me fouetter à mort !" Être frappé et fouetté... C'est exquis... Aaah. "Maintenant, Lady Four, je vous prie de commencer ma punition ! Punissez-moi—!"


"Attends un instant. Relève la tête, Decadus. Regarde-moi. Une punition ? C'est un petit extrême, tu ne trouves pas ?"


"Non, my lady ! Vous vous trompez ! Vous déplaire vous, ma maîtresse, est inacceptable ! Commençons maintenant."


"Ça suffit ! Il n'y aura aucune punition !"


"Aucune punition !?" Pas de coups ni de fouets !? Reporter ma punition est insupportable ! Hm ? Reporter ? Oh ! Serait-ce—!? Est-ce cela Lady Four ? Reporter ! C'est un jeu... délicieux !


"Maintenant, ça suffit. Hé ? Tu m'écoutes ?" Ah, Lady Four. Bien qu'il s'agisse de notre première rencontre, vous étanchez mes désirs comme si vous me connaissiez depuis toujours ! Oh, comme je suis chanceux d'être autorisé de servir une Invoqueuse telle que vous.


* * *
"Pourrais-tu sacrifier ta vie pour moi ?"


Lady Four m'a posé à nouveau cette question peu de temps après qu'elle fut assignée au Domaine des montagnes. Nous allions partir en excursion pour tuer des monstres. Bien que les despotes aient été renversés, des bêtes féroces grouillaient dans le Domaine des montagnes. Le relief de ce territoire est propice à leur prolifération.


Cela va sans dire que Lady Four ne pouvait pas rester sans rien faire pendant que ces monstres tourmentent le peuple. Elle s'est même portée volontaire pour les tuer elle-même. Toutefois, les soldats s'y sont opposés. Leur inquiétude était bien justifiée, que faisons-nous si notre précieuse Invoqueuse est blessée ?


"Merci de votre sollicitude mais ça va aller. J'ai le pouvoir de la cantate et j'ai un disciple pour me protéger."


Lady Four se retourna vers moi tandis qu'elle souriait aux soldats. C'est là qu'elle me posa à nouveau cette question.


"Pourrais-tu sacrifier ta vie pour moi ?"


Je savais qu'elle me demandait ça afin de rassurer les soldats. Venant de my lady, c'était à prévoir, je le savais très bien.


"Mais bien entendu ! Moi, Decadus, Je vous protégerai de toutes mes forces ! Peu importe la créature croisant votre chemin, je serais votre mur, votre bouclier afin de vous protéger... Oui, un bouclier... qui serait tailladé et percé par la plus pointue des épées... Aaah..."


"...Decadus ?"


Pendant un instant, j'ai cru voir que Lady Four avait froncé les sourcils. Peut-être que je n'étais pas assez clair. Mes paroles n'étaient peut-être pas suffisantes pour calmer l'inquiétude sous-jacente des soldats sur le bien-être de my lady.


"J'endosserai n'importe quel rôle pour vous protéger, Lady Four. Un bouclier pour vous protéger de tous les assauts, des gants pour vous tenir chauds, des bottes pour vous aider à traverser n'importe quel terrain, ou même les semelles de vos chaussures ! Il n'y a rien que je ne puisse pas faire pour vous !"


"C'est un peu extrême."


Il semblait que Lady Four n'était pas satisfaite de ma proposition de devenir les semelles de ses chaussures.


Les monstres ont été repérés sur un sentier de la montagne, où le glissement de terrain et les chutes de rochers sont fréquents. En cela, il est évident que notre randonnée avait été instructive. Il apparaissait que les despotes n'avaient jamais eu l'intention d'améliorer le confort et la sécurité du peuple.


"Je pense qu'il faudrait que les soldats améliorent les routes du pays. Les jeunes et les vieux ne sont pas aptes à voyager dans ces conditions. Que les soldats organisent des patrouilles. Oh, il faudra s'assurer de laisser le chemin menant au sanctuaire tel quel. Ainsi, vu la difficulté pour s'y rendre, ça devrait empêcher l'arrivée d'invités non-désirés."


Lady Four avait plusieurs plans pour améliorer le Domaine des montagnes à mesure qu'elle découvrait le territoire pendant notre excursion. Le bien-être de ses sujets a toujours été dans son esprit. Lady Four a un talent sans pareil pour gouverner.


"Mais tu sais..."


Lady Four s'arrêta subitement et continua en haussant les épaules :


"Il y a de quoi dire sur ces despotes. La façon dont ils ont négligé leurs terres est incroyable."


"Négliger..."


"Qu'y a-t-il ? Quelque chose ne va pas, Decadus ?"


"...Jouer. Aaah."


"Hm ?"


"Euh, ce n'est rien."


Lady Four semblait perplexe mais elle n'a rien dit d'autre. Avant qu'elle n'ait la chance de réfléchir davantage sur ma réponse, des monstres sont apparus et nous avons commencé à nous battre.


J'ai protégé Lady Four tel que je l'avais promis aux soldats. Dans ce cas précis, j'ai été en mesure d'être l'épée et le bouclier de Lady Four alors que je pourfendais un bon quota de monstres.


Je dois admettre que je ne suis pas doué avec les épées. À la place, j'excelle dans les combats à mains nues, en préférant utiliser mes poings et mes pieds pour combattre mes ennemis. Les avantages d'utiliser le corps comme arme de contact consistent à avoir un direct retour quand on porte un coup, facilitant l'estimation des dommages infligés, contrairement aux épées et aux lances.


Cela s'applique aussi à l'impact qu'on reçoit. Une violente sensation se répand de la base de la main jusqu'au cerveau à chaque coup... L'intense douleur ressentie à chaque coup, surtout contre de puissants ennemis.... Rouez de coups le corps de pierre d'un golem par exemple. La douleur sur mes mains est... est... Aaah ! Rien que d'y penser... je... je ne peux pas... !


"Tu sembles te faire plaisir, Decadus."


"Il n'y a pas de meilleur plaisir que d'être en mesure de vous protéger avec ma propre vie, Lady Four ! Oui, même si mon corps était réduit en charpie en vous protégeant... Réduit en charpie... Aaah. C'est absolument extraordinaire !"


"Vraiment ? Ne disais-tu pas quelque chose à propos de la douleur sur tes mains ?"


"Q-quoi !? Mes mains ? Comment avez-vous—"


"Essaie d'être silencieux quand tu te parles à toi-même, compris ?"


Les mots de Lady Four semblaient durs.


Je sentais que Lady Four se montrait moins bavarde avec moi depuis cette excursion. Ses yeux semblaient froids comme s'ils étaient pleins de dédain. Ce n'est pas que je me plains. Oh non, bien au contraire, ces yeux glacials ! Ces regards perçants ! Perçant... Oh, comme ils transpercent... Aaah. C'est captivant. C'est impressionnant de voir comment elle peut me punir sans m'approcher. Quel... Quel jeu excitant !


Oh, ahem. Pour revenir au sujet, je pense que Lady Four détourne son regard de moi, ou bien... est-ce juste mon imagination ?


Peu importe. Ce n'est probablement pas le fruit de mon imagination. Lady Four l'avait dit lors de notre première rencontre. C'est ce qui est à l'intérieur qui compte. C'est pourquoi Lady Four souhaite que je sois un disciple en mesure de la comprendre de façon instinctive, même si nous ne communiquons pas et sans le moindre regard échangé. Je serais un disciple indigne si je n'étais capable d'anticiper ses désirs.


Lady Four agit comme si elle était seule même quand je l'accompagnais. C'était à prévoir. Les disciples sont les ombres des Invoqueuses et rien de plus.


Je dois ramper sur le sol et être piétiné... comme une ombre !? Une ombre sur laquelle on piétine... Aaah. Ah, Lady Four, comment pouvez-vous comprendre aussi bien quels sont mes désirs ? Le plaisir que ça m'apporte de servir une maîtresse telle que vous. Le plaisir peut être totalement effroyable !


* * *
"Pourrais-tu te sacrifier pour moi ?"


C'était la troisième fois qu'elle me posa cette question. Il s'agissait d'hier. Cela faisait longtemps qu'elle ne m'avait pas adressé la parole. Les mots sont inutiles désormais. Ma vie vous appartient, my lady. J'existe uniquement pour vous.


"Mais bien entendu ! J'endurerai tous les tourments, toutes les punitions... jusqu'à la mort pour vous ! Jusqu'à la mort... ! Aaah."


"... Je vois."


Lady Four me répondit laconiquement et se retourna. Je crois l'avoir entendu dire "Dans ce cas, crève." Mais ça ne semblait pas être la voix de Lady Four. Elle était trop grave pour être la sienne et c'était la première fois que j'entendais cette voix. Peut-être que j'imagine des choses ou alors j'ai confondu le craquement des gonds de la porte pour une voix. La porte est ancienne. Je devrais graisser les gonds avant que Lady Four ne se réveille demain.


Je fais face à la porte qui grince et je m'incline.


"Bonne nuit, Lady Four, faîtes de beaux rêves..."


Je m'assis alors devant la porte. C'est ici que je me repose habituellement.


Non seulement cette porte est vieille mais de mauvaise qualité et l'isolation est inexistante. Comment vous expliquer cela concrètement ? Je peux entendre tous les sons venant de l'intérieur, surtout dans la nuit quand le silence règne.


En m'installant devant cette porte qui est aussi fine qu'une feuille, je peux entendre le froissement des draps quand Lady Four bouge, de même que sa respiration. La culpabilité me submerge quand Lady four parle dans son sommeil, en appelant ses sœurs.


Certains des soldats répandent d'insolentes rumeurs à ce sujet : "Elle cherche clairement à le séduire. Elle doit le séduire, pas vrai ?" Ils se trompent lourdement ! C'est complétement faux !


Me laisser devant une telle porte qui peut aisément être défoncé d'un coup de pied, une porte sans verrou en plus, ne signifie pas qu'elle tente de me séduire. Elle me laisse assis à l'extérieur dans le but d'avoir un accès facile à la chambre. De plus, elle me laisse croupir sur le sol dur et froid. Mes jambes finissent par s'engourdir et je perds toute sensation... Parfois, je peux entendre des gémissements et le frottement des draps.


Oh, quel fantastique... magnifique... frustration ! Oh, j'aime tant être si frustré ! Quel plaisir... extatique !


Peu de peu après que j'ai commencé à servir Lady Four, je me faisais plaisir en imagination qu'elle me rouait de coups avec ses bottes ou en me lacérant à l'aide de ces longs ongles tranchants. Mais maintenant je me rends compte à quel point ses fantasmes étaient superficiels.


Des bottes ? Des ongles ? Ces choses sont sans importance pour Lady Four et moi. Elle n'a besoin d'aucun accessoire pour me punir... pour me plaire.


C'est ça ! C'est à ça qu'elle pensait quand elle disait que "nous pouvons ensemble surmonter n'importe quel obstacle !" Nous avons entre nous un lien mystique !


Cette envie insatiable perdure quand bien même nous ne partageons aucune caresse, aucun contact physique. Non... non, c'est justement parce qu'on ne se touche pas que ce sentiment demeure ! Mon corps brûle de cette excitation grandissante, cette frustration perpétuelle, ce dénigrement... Si seulement le temps pouvait s'arrêter, cette sensation serait éternelle... Oh, rien que cette pensée... Aaah... Je-Je ne peux pas... Aaah !


Oh, quel... quel magnifique... jeu ! Quel jeu suprême ! Non, ce n'est pas ça ! C'est le plaisir ! S'asseoir ici et ne rien faire est le plaisir incarné !


Vraiment, il ne saurait y avoir de meilleur bonheur !


Avertissement :
- Le contenu de ce site (les pages, les traductions, les dossiers,...) appartient à Grimoire CendrE.
- Si vous utilisez des informations de ce site, veuillez correctement citer votre source. Merci d'avance.
- Toute copie partielle (ou intégrale) du site est interdite.
Visiteurs :
159547
Aujourd'hui :
99