One - Visiteurs

Source : Drakengard 3 Edition Collector, Novel Prelude
Version imprimable : Lien
Traduction & Vérification : Bdouine


-1er Janvier 999-


En ce premier jour de cette nouvelle année, les visages des habitants de Cathedral City sont joyeux. Grâce à ma vue perçante, je sais que chaque sourire est sincère. Il y a des étincelles dans leurs yeux, je peux voir la joie se dessiner sur leurs lèvres. Personne ne fronce les sourcils, de même que personne n'a de traits étranges pouvant indiquer une expression fausse.


Les Invoqueuses ont vaincu les seigneurs de chaque domaine : le Domaine du désert, des mers, des forêts et des montagnes. Les régimes tyranniques de ces despotes ont été renversés et le peuple libéré. Aujourd'hui, c'est l'arrivée d'une Invoqueuse triomphante que le peuple ne veut pas rater.


Si quelqu'un simule, c'est probablement moi. La seule personne, qui résiste à durcir son regard, avec l'idée de s'accroupir tout en se bouchant les oreilles, est une Invoqueuse —moi.


Pendant un moment, j'ai regretté ne pas avoir emmené mes sœurs avec moi mais très vite je chasse cette idée de mon esprit. Les cinq Invoqueuses entrant ensemble à Cathedral City auraient pu avoir plus d'impact mais mes sœurs ont des obligations à respecter. Nous serions irresponsables de laisser les domaines sans chef alors que nous venons d'en prendre le contrôle. J'aurais à convoquer les sœurs prochainement de toute façon, je sais que ce jour approche.


Je souris du haut de ma monture tout en faisant signe à la foule rassemblée sur chaque côté de la voie. Leurs acclamations deviennent plus fortes, rendant mon cheval nerveux. Il n'est pas habitué à ce genre d'agitation. Je n'aime pas trop mon cheval car sa puanteur est intolérable mais je compatis avec lui. Il n'est pas le seul à souffrir de cette longue parade entre le port et la cathédrale. J'aurais préféré revenir secrètement si cela avait été possible— en pleine nuit, discrètement. Je veux être seule. Mon esprit, épuisé par les combats jour après jour, n'a pas connu de repos. Mais cela n'est que pur égoïsme de ma part, c'est mieux que la grande Invoqueuse fasse un retour spectaculaire. Il faut laisser une forte impression sur les gens, signifiant que le monde est bel et bien en ordre et en paix.


Mes sens exacerbés rendent ces acclamations insoutenables. J'ai l'impression d'avoir la tête tranchée en deux néanmoins, ça n'a pas d'importance.


-27 Janvier-


Depuis mon retour à Cathedral City, je passe le plus clair de mon temps dans la bibliothèque de la cathédrale. J'aime cet endroit. Les ouvrages épais alignés dans les étagères couvrent les bruits et les voix, faisant de ce lieu un espace silencieux. Il n'y a rien à faire pour les odeurs de poussière et de renfermé mais c'est bien plus tolérable que la puanteur humaine et animale.


La vue et l'ouïe ne sont pas les seuls sens qui sont surdéveloppées chez moi. L'odorat, le toucher et le goût le sont également. Enfant, ce n'était pas aussi prononcé. À l'époque, mes sens étaient juste un peu plus affutés que la moyenne. À mesure que je grandissais, mes sens s'étaient développés à un niveau littéralement absurde. Les sons et les odeurs sont une source perpétuelle d'irritation. Être touchée ou le simple contact de mes vêtements est tout simplement déplaisant. Peu importe ce que je mange, je ne suis pas en mesure de l'apprécier. Trop d'informations visuelles usent mes nerfs.


Suite à la naissance, le corps d'une Invoqueuse grandit très rapidement. Chaque corps avait sa propre évolution : dans mon cas, c'étaient mes sens. Quel intérêt avais-je d'espérer une vie normale quand je possède un pouvoir bien plus puissant que les gens normaux ?


Des bruits de pas brisent brusquement le silence. Une personne se dirige vers moi en courant, une seconde personne suit à un rythme rapide. Avant de me rejoindre, ils s'arrêtent soudainement. Ils semblent marcher sur la pointe des pieds maintenant, évitant de faire le moindre bruit.


J'entends finalement qu'on frappe doucement à la porte. Je sais déjà qui ça peut être : une personne joyeuse et pleine d'énergie et pour autant gentille et considérée qui prend en compte de mon ouïe. Avant que je puisse saluer Two, la porte fait un bruit fort désagréable avec un petit craquement.

- Je suis vraiment désolée. Je l'ai cassée.


La plus âgée de mes petites sœurs est sur le point de pleurer alors elle entre dans la pièce. Elle tient encore la poignée dans la main, poignée qui avait été arrachée de la porte. Tout comme mes sens hors du commun, les muscles de Two sont surdéveloppés. On ne peut pas le soupçonner en la regardant car elle semble être plutôt fragile. Toutefois, ses bras et ses jambes sont extrêmement puissants— suffisamment pour tordre et arracher une poignée en cuivre alors qu'elle ne cherchait qu'à la tourner. Il est possible que sa force ait encore augmenté. Elle doit toujours faire très attention à chacun de ses mouvements afin d'éviter de blesser les gens ou briser des objets. Elle peut avoir des montées de puissance soudaine, ce à quoi elle perd la sensation et le contrôle de ses muscles. Sa croissance est irrégulière et quand elle pense que sa force s'est stabilisée, la montée suivante la prend par surprise.


Pour autant, Two a évolué sans que ça puisse se voir physiquement, contrairement aux autres. Three a ses cheveux qui poussent extraordinairement vite, si vite qu'elle doit constamment les couper. C'est pourquoi elle voyage toujours avec une paire de ciseaux partout où elle va. La pauvre Four lutte avec des ongles qui n'en finissent pas de pousser. Autant les cheveux peuvent être ignorés pendant un moment, mais les ongles s'accrochent à tout : ils se dédoublent et se cassent. Pendant une longue période, elle avait l'habitude de les ronger, une habitude bien difficile à se défaire. Encore maintenant, les ongles de Four mettent à mal son amour-propre, ça m'attriste de la voir frénétiquement essayer de couvrir ses mains. Dans un tout autre style, on a ma cadette, Five, qui aime montrer son impressionnante poitrine. Four calomnie Five dans son dos, disant qu'à son âge, d'avoir une telle poitrine, c'est indécent et obscène. En y repensant, ça devait être de la jalousie— elle se sent inférieure. Le fait que Five est heureuse de ça a tendance à agacer Four d'autant plus...

- Oh non ! One, que dois-je faire...?


La voix de Two me sort de mes pensées.

- Ne t'inquiète pas pour ça. C'était une vieille porte qui sortait déjà de ses gonds.

- Vraiment ?

- Oui.


Une fois que je lui ai assuré que je ferais venir une personne pour la réparer, le sourire de Two est revenu en un instant. Le visage de Two peut passer des larmes au sourire instantanément. Voilà quelque chose qui n'a pas changé.

- En tout cas, ça fait plaisir de te revoir, One ! Comment vas-tu ?


Elle semble signifier que ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vues. Pour autant, peu de temps a passé depuis que Two et son disciple m'ont aidé à vaincre une rébellion de la noblesse.

- Attends. En fait, ça ne fait pas depuis si longtemps que ça, hein ?


L'homme se tenant à ses côtés hoche la tête. La façon qu'il a de laisser glisser sa main de ses cheveux me parait véritablement prétentieuse, mais ça n'a pas l'air de gêner Two. Un rien la fait fondre. Chaque Invoqueuse a un Disciple— un homme pour l'aider et la servir— et cet homme est celui de Two.

- Ce n'est pas vrai, nous sommes mes premiers arrivés ?


Quand je l'informe que c'est le cas, ses yeux se sont éclairés.

- Youpi ! Je suis la première !

- Vous êtes toujours celle qui est la première à mes yeux, Lady Two...

- Oh, Cent, arrête. Tu es le premier pour moi aussi ! Je t'aime plus que tout au monde !


Les joues de Two rougissent alors qu'elle confesse ses sentiments. C'est embarrassant d'être témoin de leurs échanges. Je reconnais que c'est une bonne chose qu'une Invoqueuse et son Disciple soit lié par un lien aussi puissant que amour.Cela dit, si je les laisse faire, ces deux là peuvent fleureter jusqu'à la fin des temps, si bien que je décide d'engager la conversation.

- Comment vont les choses dans ton domaine ?

- Oh... Hé bien, un monstre géant— aussi grand que ça— avait un nid dans le désert, provoquant tout un tas de problèmes mais je m'en suis débarrassée.


Je veux connaitre la situation de la noblesse, vu que leurs privilèges leur ont été retirés, à savoir si une conspiration est à craindre. À la place, l'esprit de Two est concentré sur d'autres choses : elle veut me parler des attaques de monstres et de la récolte de cette année. Le fait qu'elle investit de son temps dans la culture explique certainement la bonne situation du Domaine du désert. Son entourage doit être dévoué, j'ai entendu dire que ses soldats sont prêts à donner leurs vies pour elle et qu'elle est aimée du peuple. La grande partie du Domaine du désert est composée de désert et de terres désolées. Le sol est pauvre et le peuple survit difficilement. J'ai choisi Two pour régner dans ce Domaine car elle peut apporter de l'espoir dans leurs vies, il faut croire que je ne me suis pas trompée.

- Dis, ça ne te dérange pas si j'explore la cathédrale avant que les autres n'arrivent ? St' plaît, je peux ?


Avant que je ne puisse répondre, Two a déjà tourné les talons. Je me rends compte que ça fait six mois qu'elle n'avait pas séjourné Cathedral City. Elle voulait déjà le faire à ce moment-là, mais la chance ne s'était pas présentée. Il faut dire que notre passage en ce lieu avait été mouvementé. C'est pourquoi je peux comprendre, qu'après avoir fait tout ce chemin, Two ne veut pas rater cette occasion.


Comme elle quitte la pièce avec cette détente enfantine qu'elle a toujours eue, son Disciple aux cheveux noirs me salue avant de la suivre. À nouveau, la bibliothèque est plongée dans le silence. Je reprends alors ma lecture des couvertures de livres.Je ne reste pas dans cette bibliothèque car cet un endroit silencieux. Je cherche quelque chose. J'ai entendu dire que dans la bibliothèque de la cathédrale, des ouvrages d'époques et de cultures différentes étaient archivés. Peut-être que je trouverais ici un livre traitant des Invoqueuses. Un livre qui pourrait répondre à ma question : Pourquoi existons-nous ?


-14 Février-


Four et son Disciple Decadus sont arrivés plus tôt que prévu. Le Domaine des montagnes est le plus éloigné de Cathedral City.

- J'ai demandé à Three si elle voulait faire le trajet avec moi mais elle a refusé. Elle tenait à terminer ses poupées d'abord.


Four soupire profondément. Le Domaine des forêts, appartenant à Three, est limitrophe à celui de Four.

- Ça n'a rien d'une nouveauté. Ne le prends pas personnellement.


Il est probable que le refus de Three avait consisté à ignorer Four en beauté. Three est la plus étrange parmi mes sœurs. Enfant, elle aimait les poupées. Quand elle est occupée à en concevoir une, aucune voix ne semble l'atteindre. Il lui arrive d'oublier de manger et de dormir. Four était certainement mal tombée, à un moment capital pendant la création d'une poupée.

- Peu importe... Tu veux un briefing.

- Tu me connais si bien, Four.


L'expression de ma sœur s'anime de fierté alors qu'elle s'apprête à détailler l'état de son domaine.

- Tout se passe bien. Comme tu le sais, la population de ce Domaine est faible. Les fermes et les villes ne sont pas bien vastes, ce qui me facilite la tâche. Pourquoi les despotes désiraient tant dévaster ce Domaine, ça me dépasse. Je suis presque émerveiller devant autant d'incompétence.


Bien entendu, si cet endroit avait été différent, jamais je n'y aurais placé Four. Elle est intelligente et pourvue de bonnes intentions, mais elle reste incapable de s'adapter aux imprévus. Ce genre de situation peut la faire paniquer, bloquer —ou carrément exploser de rage. En d'autres termes, elle n'est pas en mesure de régner sur un domaine vaste et fortement peuplé.

- Je ne suis pas inquiète pour ton Domaine. Parle-moi plutôt de celui de Three.


Il y avait une raison pour laquelle Four était contrainte de supporter le comportement de sa sœur ; Je lui avais demandé de garder un œil sur Three et sur son Domaine. Le fait de laisser le contrôle d'un Domaine à une personne aussi étrange que Three était un pari.

- Étonnamment, Three semble diriger son domaine à merveille. Considérant qu'elle a à traiter avec ces Sylphes répugnants et ces Elfes prétentieux, peut-être l'ai-je sous-estimée.


Il y a très peu d'humains dans ce Domaine à part quelques rares habitants. Les forêts abritent les demeures des Sylphes et des villages elfiques reclus. C'est pour cela que j'avais jugé Three en mesure de gérer les choses. Les autres races n'apprécient pas l'intervention humaine dans leurs vies. La question 'Comment faire en sorte de s'entendre avec elles ?' revient en vérité à 'comment s'arranger pour les laisser tranquille ?'. Les précédents seigneurs n'y sont jamais parvenus. Ils ont essayé de soumettre les autres races en vain. Three n'a aucune ambition territoriale et elle serait incapable de reproduire les erreurs passées.


De plus, moins il y a d'humain autour de Three, mieux c'est...

- One ?

- Excuse-moi, ce n'est rien. Continue.

- Hé bien, c'est tout. En bref, tout va bien pour les Domaines des montagnes et des forêts. Les despotes ne sont plus et le peuple peut vivre sans l'angoisse d'avoir leurs récoltes pillées.

- C'est donc la fin du travail forcé sans être récompensé de son labeur.


Four confirme ce fait d'un hochement de tête. Bien qu'elle ait dit n'avoir rien d'autre à ajouter, Four ne prend pas encore congés.

- Qui y a-t-il ?


Je peux voir clairement qu'elle a gros sur le cœur.

- Veux-tu vraiment qu'on aille jusqu'au bout ?

- C'est pour ça que je t'ai convoquée.

- Nous n'avons rien à gagner dans ce combat.

- Ainsi, avons-nous qu'à renoncer et attendre d'être tuées ?

- Non. Tu déformes mes propos.

- Pourtant, ce que je dis là est la conséquence logique de tes paroles.


Four laisse échapper un soupir alors que son regard est braqué sur le sol ; peut-être qu'elle ne voulait plus en débattre.- Tu as changé, One.

- Oui, j'ai changé, mais je ne suis pas la seule dans ce cas.


Que nous le voulions ou non, nous avons toutes changées. Nous ne pouvions pas rester éternellement des enfants. Nous avions le devoir de changer. Nous sommes les Invoqueuses. Changer était le seul moyen de garder les pouvoirs grandissants de nos cantates sous contrôle quotidiennement. À un moment donné, il me paraissait évident que nos corps étaient anormaux pour une raison. Quel était le pouvoir de ma cantate ? J'avais compris, dès les moments de ma vie, que ma cantate était destinée à préserver l'harmonie de ce monde. Toutefois... Où l'ai-je apprise ? Qui me l'a enseignée ?


Four a semblé avoir des choses à dire mais au final, elle quitte la bibliothèque en silence. Son Disciple, Decadus, suivit discrètement. Ces deux là ne se regardent plus dans les yeux depuis un moment. Est-elle insatisfaite d'être coincée avec un homme mûr timide ? Comparée à Two, Four est froid avec son Disciple. Pourtant, Decadus accepte ce traitement sans formuler la moindre plainte, agaçant davantage Four.


Maintenant que leurs bruits de pas ne peuvent plus être perçus par mon ouïe, je reprends mes recherches. Je cherche un ouvrage sur les Invoqueuses depuis mon retour à Cathedral City, sans succès pour le moment. Rien n'à propos des Disciples non plus. Peut-être que je m'y prends mal. Au lieu 'd'Invoqueuses' ou 'd'Incantatrices', je me demande si nous pourrions apparaître sous un autre nom. Des êtres avec une magie aussi puissante que la nôtre ont dû être mentionnés quelque part. De plus, la cantate est une méthode bien différente à celle de la sorcellerie. Les apprentis magiciens ne devraient pas résister de le noter.


Et pourtant : Rien. Pourquoi ? Quelqu'un aurait-il délibérément caché toute mention de la cantate ? Censuré ? Si c'est le cas, dans quel but ?


-22 Février-

- Je pensais que nous serions les derniers. Two m'a dit que Three n'était pas encore arrivée.


Tout en parlant, Five a le regard étonné. Moi, je ne suis pas surprise. Je savais pertinemment que la dernière serait l'une des deux. Soit Three serait distraite par ses poupées, soit Five reporterait son départ jusqu'au dernier moment, se justifiant par la courte distance entre son Domaine et Cathedral City.

- Tu vois ? Je t'avais bien dit qu'on n'avait pas à se presser.


Le Disciple de Five a l'apparence d'un jeune homme délicat mais cette image se brise dès qu'il ouvre la bouche. Une fois, pendant une de ses crises, Four l'a qualifié de 'petite merde pourrie'. J'avoue que sur les grandes lignes, j'étais d'accord avec elle.

- Tu n'écoute pas le moindre mot que je dis.

- Quoi ? Comment peux-tu dire ça ?

- Très bien. Rien que la nuit dernière quand j'ai dit 'hé, allons juste nous coucher', à la place, tu m'as tenu éveillé et qui sait combien de temps tu aurais pu—


J'éclaircis ma gorge afin de mettre un terme à sa phrase.

- Soyons bref. Quelles sont les nouvelles de ton Domaine ?


Le seigneur du Domaine des mers avait plus d'influence que les autres. Son entourage détenaient la richesse le pouvoir. Il était évident que ces gens allaient nous haïr une fois leurs privilèges retirés. C'était assez idiot de leur part de nous accuser de vol, alors qu'ils avaient extorqué cette fortune au peuple. En tout cas, ce Domaine a le plus d'agitateurs que les autres. Je m'attendais à ce que Five soit occupée à plein temps à les gérer, mais mes craintes étaient apparemment infondées. Five glousse en clignant de l'œil.

- Ne t'inquiète pas. Les partisans du despote sont tous entrés à mon service.


Avec un sourire jaune, le Disciple à ses côtés fustige sur ce qu'implique le service dont son Invoqueuse a besoin. Five n'a jamais supporté de ne pas obtenir ce qu'elle désire. Elle est insatiable. Quand elle a une idée en tête, quelque chose qu'elle désire, elle doit impérativement l'obtenir. Ce côté imposant invite des regards noirs parmi son entourage, ce qui la rend parfaite pour régner sur un Domaine récalcitrant.

- Es-tu parvenue à reconstruire les ports ?


Je me souviens que malgré nos bonnes intentions, nous avions saccagé un bon nombre de ports en traquant les derniers dissidents. Même si nous prenions de grandes précautions, il était difficile d'éviter les dommages collatéraux. Nos pouvoirs étaient déjà devenus trop puissants.

- Ça avance bien. Des navires marchands venant de l'est ont commencé à faire escale dans les ports.

- Ce qui donne une bonne excuse à Five pour faire des emplettes. Elle a vendu tous les joyaux que le despote possédait !


Le seigneur précédent était une femme, qui avait nombres de garde-robes et de bijoux. Five était ravie à son arrivée, insistant pour tout garder. Même si toute cette richesse appartenait au peuple, je l'ai laissée faire. Bien qu'elle soit avide, elle se lasse rapidement de posséder les mêmes objets. Elle est obsédée par les choses qu'elle ne possède pas, choses qui perdent tout intérêt pour elle sitôt qu'elle les obtient. Il est certain que Five se soit débarrassée de ses ornements rutilants afin de mettre la main sur des raretés des pays de l'est. Quand ces nouveaux objets vont la lasser, elle les échangera avec autre chose. Au final, tout cela stimule le commerce de son Domaine. Le Domaine des mers possède peu de terres cultivables permettant de nourrir la population, ni un temps tempéré pour l'agriculture. L'océan peut apporter sa part de ressources mais ça laisse à désirer. C'est à travers les échanges de marchandises que le Domaine des mers peut prospérer.

- Pas seulement les joyaux— J'ai vendu toutes les robes également. Elles étaient devenues trop serrées, je ne pouvais plus les porter ! Avoir une forte croissance n'a pas que son lot d'avantages.


À coté d'elle, son Disciple hausse foncièrement des épaules. Son sourire mesquin jure avec son visage délicat.

- Dis ça devant Four et elle te tuera.


'Dis l'homme qui a je-ne-sais-combien-de-fois fait craquer Four' que j'allais répondre. Je garde cette remarque pour moi car mon esprit est perturbé par autre chose.


Two a gagné en force. Four porte des gantelets afin de cacher ses mains, mais j'entends constamment le bruit de son coupe-ongles, ses ongles continuant à pousser. Doucement mais sûrement, mes sens s'accentuent également. Je peux entendre de plus en plus de sons et de voix même à l'intérieur de la bibliothèque. Et là, Five dit que ses vêtements sont trop justes. L'évolution aberrante de nos corps signifie que le pouvoir de nos cantates augmente encore. Quand j'avais un corps d'enfant, j'aspirais à être plus forte. Mais maintenant, une partie de moi est terrifiée par la force que je pourrais avoir.

- Très bien. Ce sera tout.


Leur annonçant que j'ai du travail à faire, je les quitte. Je ne mens pas. Je veux reprendre mes recherches tout de suite. Je n'ai toujours rien trouvé à propos des Invoqueuses. Je commence à perdre patience. Et s'il n'y a vraiment aucune allusion dans ces livres ? Je tourne les pages à un rythme effréné, espérant balayer mes peurs.


-4 Mars-


C'est dans la matinée que Three est arrivée. J'empile les grimoires poussiéreux depuis l'aube, frustrée par l'absence de progrès dans mes recherches. J'ai entendu le frottement des lames de ciseaux avant leurs démarches : une personne semblant tituber et une autre marchant à un rythme régulier. Il s'agit de Three et de son Disciple.

- J'ai deux jambes le matin, douze jambes le midi et une jambe le soir...


Three ouvre la porte.

- Qui suis-je ?

- Tu arrives bien tard.


Je fais l'impasse sur sa question. Les énigmes de Three ont parfois du sens mais en général, ce n'est pas le cas. Ça ressemble plus à un assemblage de mots sans la moindre logique. Enfant, Three ne parlait pratiquement pas mais depuis qu'elle fabrique des poupées, elle était devenue plutôt bavarde. Peut-être que 'jouer à la poupée' et 'jouer avec les mots' n'ont rien de bien différents.

- Tes cheveux... Ne me dis pas qu'ils ont arrêté de pousser ?


Normalement, les cheveux de Three lui arrivent aux genoux. Actuellement, ils sont au niveau de sa taille. Sa posture est vraiment mauvaise, avec le dos voûté.

- Oh que non, my Lady. C'est moi qui me suis récemment occupé de la coiffure de Lady Three.


Octa rie de façon joviale. Octa cherche à apparaître qu'un vieil homme rusé un peu chèvre avec quelques excentricités. En vérité, son excentricité est tout sauf insignifiante...

- Je vois.


Ainsi, ces cheveux poussent toujours aussi vite. Pourquoi ne serait-ce pas le cas ? Il n'y aurait aucune raison pour que Three soit une exception. Autant que possible, nous avons besoin de pouvoir pour le combat qui approche. Mais après ça ? Après que notre dernière ennemie soit vaincue, qu'est-ce qui pourrait arrêter ce pouvoir de croître à une échelle que nous serions incapable de gérer ?

- Je suis fatiguée.


Au lieu de s'étirer, Three baille alors que son dos s'arrondit davantage. 'Je suis fatiguée' est sa rengaine depuis toujours. Elle est léthargique quand elle ne travaille pas sur ses poupées, elle peut s'asseoir n'importe où et sombrer dans le sommeil.

- Ne t'assois pas sur les livres. Ces antiquités pourraient se renverser et tu pourrais te faire mal.


Three est sur le point de s'asseoir dessus. Elle titube sur le côté pour les éviter.

- Pourquoi ne te reposerais-tu pas dans ta chambre pendant un moment ?


La même distance sépare le Domaine des forêts et celui des montagnes de Cathedral City. Three et son Disciple devaient être épuisés par ce long voyage. Four m'avait déjà fait un rapport sur le Domaine des forêts, il n'y a donc plus rien à ajouter.

- Quel est le problème ?


Je m'attends à ce que Three parte mais elle n'en fait rien. À la place, elle joue avec ses ciseaux avec une expression vide. Je n'ai jamais su à quoi elle pouvait penser. Il n'y a pas que moi : son Disciple n'est pas plus avancé à ce sujet. Pourtant, de temps à autre, j'ai la sensation que ma petite sœur si étrange peut tout entrevoir. Comme si elle peut comprendre les choses bien mieux que moi. Je me demande si Three n'a pas déjà la réponse que je recherche depuis si longtemps.

- Je n'arriverais pas à dormir.

- N'es-tu pas fatiguée ?

- ...Blanc.


J'ai l'impression que nous tenons deux conversations sans le moindre rapport mais ça n'a rien d'anormal. Je me tourne vers Octa.

- J'ai du travail. Tu peux disposer et faire ce que tu veux.

- Compris, my La—

- Au sommet du grand serpent plus blanc que neige, un croc rose.

- Comment ?

- Mais où se dirige le croc ?


Three me fixe du regard. Ce n'est pas un jeu cette fois-ci et je connais la réponse à cette énigme. Un serpent plus blanc que neige... un dragon blanc. Portant une personne avec des yeux roses. Et le croc : une arme à la main. Three est en train de me dire qu'elle a vu notre adversaire en chemin. Aujourd'hui est le jour promis.

- J'imagine que je n'ai plus de temps.


Je soupire profondément. Finalement, je n'ai rien trouvé sur les Invoqueuses. Rien sur nos cantates, sur les Disciples... Rien du tout. Qu'il en soit ainsi. Je n'aurais pas pu examiner tout ce qui se trouve dans cette bibliothèque de toute façon.

- Qui a raison ? Est-ce toi ? Est-ce Two... Four... Five ? Ou... serait-ce Zero ?


Three pose toutes ses questions sans le moindre sourire.

- Nous avons toutes raison. En notre âme et conscience.


Je ne serais pas capable de faire ça si je ne croyais pas avoir raison. Les gens ne sont pas assez forts pour débuter un combat en sachant pertinemment que c'est une erreur. C'est pour cela que j'avais besoin d'une réponse. J'avais besoin de pouvoir crier de toute mes forces que 'non, ce n'est pas une erreur...'


Suis-je plongée dans le doute ?

- One ?


Le ton perplexe de Three me fait réaliser que je suis en train de rire.

- Ce n'est rien, je vais bien.


Que j'aie ma réponse ou non, ça ne change pas ce que je dois faire. Qu'est-ce que ça peut faire si j'ignore ce que nous sommes et le but de notre pouvoir ? Ça ne m'empêche pas de combattre. Pourquoi avoir des doutes ? Je ferme mon livre tout en me levant. Le lointain rugissement d'un dragon parvient à mes oreilles. Il n'y a alors aucune erreur possible. La traitresse sera là bientôt.

- Allons-y. Il est temps de tenir notre promesse.


Accompagnée de Three et son Disciple, je quitte la bibliothèque.


Avertissement :
- Le contenu de ce site (les pages, les traductions, les dossiers,...) appartient à Grimoire CendrE.
- Si vous utilisez des informations de ce site, veuillez correctement citer votre source. Merci d'avance.
- Toute copie partielle (ou intégrale) du site est interdite.
Visiteurs :
168094
Aujourd'hui :
128